le 18 juillet 2021
Publié le 15 juillet 2021 Mis à jour le 16 juillet 2021

Expérience humanitaire au Togo : interview de Benoît Willemijns

Benoit Willemijns - étudiant de CY Tech sur le campus de Pau - est parti faire un stage humanitaire au Togo et y a apporté ses connaissances et compétences en informatique.

« J’ai eu un baccalauréat scientifique avec mention bien et mention européenne anglais. Après deux ans de classe préparatoire, j’ai me suis tournée vers une école d’informatique et de mathématiques appliquées, car c’est ce qui me plaisait le plus. C’est ainsi que j’ai choisi de suivre la formation d’ingénieur au sein de CY Tech, notamment pour sa spécialité Data Science et le double diplôme avec Paris Dauphine en dernière année. De plus, cette école nous permet de faire beaucoup de projets en groupe et de longues périodes de stage, et ainsi d’acquérir de nombreuses connaissances concrètes une fois notre diplôme en poche.»

Pouvez-vous nous parler de votre stage de première année ?

« J’ai eu l’occasion avec six autres de mes camarades de faire un stage humanitaire au Togo, trouvé grâce au Carreer Center de l’école. Ce stage humanitaire s’est déroulé au sein de l’association AJVDEC-TOGO, et consistait en la création de sites web pour les entreprises locales, d’une application mobile et web pour les restaurants locaux et de cours d’informatique dans un orphelinat. J’ai choisi ce stage en particulier car j’avais pour habitude de travailler l’été en centre de loisirs et cela me permettait de faire une bonne transition avec le monde de l’entreprise classique et de vivre une expérience unique. De plus, cela m’intéressait de partir à l’aventure sur le continent africain pour y faire de l’humanitaire, car je ne pensais pas avoir l’occasion d’y aller un jour dans ma vie et il fallait saisir cette chance !

Nous sommes arrivés dans la capitale pour une durée de deux mois. Nous avons passé les trois premières semaines dans notre logement à développer les sites web. Notre tuteur venait nous rendre visite afin de connaître l’avancement et le reste du temps, nous travaillions en autonomie. Nous avions, par petit groupe, un site web à développer pour une clinique, une entreprise, une école et continuer le site de l’association. A la fin de la création de ces sites, nous avons créé une application web et mobile pour les restaurateurs togolais, afin que les serveurs puissent passer des commandes via leur téléphone, et que les chefs puissent gérer les stocks et visualiser des données mensuelles concernant les ventes par exemple. Nous nous sommes répartis les tâches et avons avancé ensemble pour la réaliser.

Ensuite, nous avons préparé des cours pour des collégiens d’un orphelinat. Les cours étaient basiques, passant par la prise en main d’un ordinateur et d’un clavier, l’apprentissage des branchements, des outils informatiques classiques tels que la suite office, etc. Les enfants étaient volontaires pour suivre ces cours, et ils étaient relativement attentifs. Une anecdote qui m’a marqué : lors d’un cours, on leur a demandé d’écrire une phrase sur Word. Vu que l’on prêtait nos ordinateurs personnels en plus de ceux de l’association, certains étaient configurés en anglais et d’autres en français. Et donc les enfants traduisaient les phrases au tableau pour que "les ordinateurs qui parlent anglais puissent comprendre" ».

Comment s’est passé votre séjour ?

« C’était la première fois que je partais en dehors de l’Europe et notamment en Afrique. La chaleur était difficilement supportable au début, de 30 à 35°C constamment, puis la saison des pluies est arrivée et le grand froid s’est installé (25°C la nuit).  Nous n’avons pas eu le temps d’apprendre la langue locale qui est l’éwé, mais nous avons cependant eu le temps de prendre des cours de danse et de percussions africaines ! La nourriture était très bonne et préparée par l’association pour éviter les risques alimentaires. De plus, l’association nous accompagnait bien dans les diverses démarches sur place. Nous pouvions sortir le soir pour se balader ou encore pour découvrir la diversité des boissons locales telles que les bières qui coûtaient la modique somme de 0,5€ pour 60 cl ! Le coût de la vie en général est très bas, mais les prix ne sont que rarement affichés et sont souvent à négocier. C’est ce qui m’a déstabilisé le plus car je n’aime pas du tout faire ça, mais c’est chose commune par ici. De plus, sur les marchés il y a énormément d’étals de fruits, et ils vendent tous la même chose, donc on pouvait facilement négocier d’un marchand à l’autre. Cependant, lors des sorties dans les villages, on se faisait souvent accoster en voiture pour nous vendre des choses à chaque arrêt ou feu rouge et cela peut vite devenir envahissant.

Tous les week-ends, on avait la possibilité de faire des sorties. On a eu l’occasion de se baigner dans une cascade en haut d’une montagne, de faire des voyages en pirogue ou encore de visiter un parc animalier pour caresser des éléphants. Lorsque l’on ne faisait pas de grandes sorties nécessitant de longues heures de route, on allait à la plage ou à la piscine.»

Que vous a apporté cette mobilité ?

« Cette mobilité m’a apporté beaucoup de choses sur le plan humain mais aussi sur le plan professionnel. Nous avons travaillé en équipe pendant une longue durée, et je ne connaissais que très peu voire pas du tout la plupart de mes camarades qui m’accompagnaient. Nous avons réussi à maintenir une bonne cohésion, ce qui est très important pour profiter du séjour et continuer à bien travailler.

De plus, j’ai appris à vulgariser divers sujets informatiques et à adapter mes explications à mon public, ce qui est très important pour mon futur métier. Finalement, j’ai mis en application mes connaissances théoriques pour développer des sites web et une application. Ce qui est gratifiant, c’est qu’ils sont utiles à la population locale. J’ai le sentiment d’avoir participé au même titre que les autres membres de l’équipe à améliorer l’existence d’une population nécessiteuse.

N’hésitez pas à regarder le site web de l’association (ajvdec-togo.org) et sa magnifique galerie photo réalisée par mes soins pour suivre nos aventures !»