le 8 novembre 2021
Publié le 8 novembre 2021 Mis à jour le 9 novembre 2021

Étudier en France : expérience d'une étudiante anglophone

Rinsai Rossetti est étudiante anglophone en filière ingénieur informatique à Pau. Choc de langue, adaptation... elle témoignage de son arrivée et intégration à CY Tech.

L'anglais est ma langue maternelle. Mon lycée a suivi le programme britannique, puis je suis allée à l'université aux États-Unis. J'ai appris à parler français de la même manière que beaucoup d'étudiants français apprennent à parler anglais : à travers des cours formels et rigoureux à l'école. Des années de travail m'avaient amenée au niveau B2 environ. Mais j'ai trouvé l'immersion en France très différente de passer un test. Les gens parlaient beaucoup plus vite que j'en avais l'habitude, ils utilisaient un argot que je n'avais jamais rencontré, et ils pimentaient leurs phrases d'exclamations comme « bah, dis donc » et « la vache », ce qui n'était pas du tout quelque chose que mon professeur de français ferait, et qui semblait spécialement conçu pour dérouter les personnes dont le français n’est pas la langue maternelle (Pourquoi cette personne parle-t-elle soudainement de vaches ?) La première fois que j'ai vu la phrase « qu'est-ce que c'est que ça », j'ai failli abandonner.

Je me souviens quand je suis arrivé à Paris pour la première fois, et que je suis montée dans un train partant de l'aéroport. Je ne savais pas que les places de train étaient numérotées et attribuées. Je pensais que c'était comme dans un bus, où vous pouvez vous asseoir où vous le souhaitez. Les Français n'arrêtaient pas de venir me voir et de me demander de leur donner leur place. Confuse, j’acquiesçais, et m'asseyais ailleurs ; puis deux minutes plus tard, une autre personne venait me demander de quitter ce siège également. Je n'ai pas compris ce qui se passait pour la simple raison que mes classes de lycée ne m'avaient jamais appris le mot « siège », qui est le mot utilisé sur mon billet de train pour décrire où je devais m’asseoir. Je ne connaissais que le mot « chaise ». De petits détails comme celui-ci pourraient complètement faire dérailler mon expérience et déterminer si j'étais capable d'agir comme un adulte fonctionnel, ou si j'étais condamné à n'avoir aucune idée de ce qui se passait.

Eh bien, mon français est meilleur maintenant, mais j'ai toujours un fort accent et je suis perturbée par de nombreuses choses qui sont évidentes pour des personnes dont c’est la langue maternelle. Par conséquent, j'étais vraiment inquiète à l'idée d'étudier en français. Lorsque je me suis inscrite pour ma première année d'études en informatique, je n'ai même pas acheté d'abonnement annuel pour le réseau de bus parce que je pensais qu'il y avait de fortes chances que j'échoue. Il m'a fallu un mois avant de me sentir suffisamment rassurée pour finalement céder et acheter cet abonnement.

J'ai été impressionnée par l'efficacité et la flexibilité dont CY Tech a fait preuve.

Étonnamment, les mathématiques ont été le sujet où la barrière de la langue frappe le plus durement. J'avais toujours entendu dire que c'était le sujet le plus international parce que la logique et les chiffres sont les mêmes partout. Mais cela ne correspond pas à l’expérience que j’ai eue. Il existe différentes méthodes, différentes manières de catégoriser les choses, différentes hypothèses et différentes notations. Ce qui est le plus délicat à propos des notations, c'est que parfois elles ressemblent de manière trompeuse à ce que j'utiliserais dans un pays anglophone, mais les significations sont en réalité différentes. Par exemple, pour désigner un intervalle ouvert en a et fermé en b, j'utiliserais (a, b]. Les français utilisent ]a, b], et la notation leur semble si évidente que personne ne pense à s'arrêter à expliquer ce que signifie cet étrange crochet inversé. La façon de le représenter graphiquement est également différente. Même quelque chose d'extrêmement simple, comme une longue division, est faite différemment en France. Et puis il y a le fait que le vocabulaire technique n'est pas quelque chose que j'ai rencontré soit dans les cours de français soit dans la vie de tous les jours. Donc ce que j'ai appris à faire c'est aller voir mes professeurs de mathématiques à la fin du premier cours et expliquer ma situation. Je n'ai encore jamais eu de réaction négative.

En ce qui concerne l'informatique, cependant, je vois les avantages d'être de langue maternelle anglaise. Il est plus facile d'apprendre des choses comme la commande « wc » si vous pouvez deviner que « wc » signifie « word count, nombre de mots ». De plus, il y a tellement de tutoriels en ligne disponibles en anglais que si quelque chose me dépasse en classe, je peux toujours le rechercher par moi-même et comprendre les choses.

Même si le fait de ne pas être de langue maternelle française est un obstacle, il y a des choses qui aident à l'équilibrer.

Quand je suis arrivé à CY Tech, je suis allée au département d'anglais pour demander si je devais suivre des cours d'anglais avec les autres étudiants. Les cours d'anglais visent à réussir le TOEFL, et je savais que je n'étais pas le public cible. Ma demande a été immédiatement prise au sérieux. J'ai été honnêtement impressionnée par l'efficacité et la flexibilité dont CY Tech a fait preuve pour répondre à la situation. J'ai l'impression que beaucoup de personnes ont collaboré pour trouver une solution et se coordonner entre Pau et Cergy. J'ai vite appris que j'étais officiellement exemptée des cours d'anglais, ce qui me libère du temps pour me préparer aux cours où la barrière de la langue est plus un problème. Donc, même si le fait de ne pas être de langue maternelle française est un obstacle, je peux dire qu'il y a des choses qui aident à l'équilibrer.

Dans une autre classe de CY Tech, une partie de la note finale était basée sur un rapport qui devait être rédigé en français. Les règles stipulaient que des points seraient retirés si la qualité de notre écriture n'atteignait pas un certain niveau, y compris les erreurs de français. Inquiète, j'ai levé la main et j'ai interrogé le professeur sur cette règle. Encore une fois, je n'aurais pas dû paniquer. Elle m'a souri et m'a dit que bien sûr, elle prendrait en compte le fait que le français n’était pas ma langue maternelle.

Dans l'ensemble, est-ce que je recommanderais CY Tech à un collègue anglophone ? Oui, je le ferais sans hésiter. Je suis confiante de dire qu'ils seront reçus avec bienveillance, compréhension et flexibilité, tout comme je l'ai été.