le 30 août 2021
Publié le 30 août 2021 Mis à jour le 30 août 2021

Etudiant ingénieur, mais pas que... Hugo, passionné de vol en planeur !

Hugo Clairaz, étudiant en filière Ingénieur Biotechnologies et chimie, est passionné de vol à voile. Il nous raconte sa passion !

Le vol à voile ou le vol en planeur est une activité que j'ai commencé à pratiquer à l'âge de 15 ans au sein de l'Association Aéronautique du Val d'Essonne par attirance pour le pilotage. Depuis mon premier vol une passion dévorante que j'exerce depuis maintenant 6 ans est née.

Le vol d'un planeur 

« N'ayant par définition pas de moteur pour voler, nous sommes totalement dépendants de la météo afin de pouvoir nous maintenir en l'air contrairement à un aéronef motorisé. De ce fait, pour acquérir notre altitude initiale et permettre le début du vol, nous disposons de trois solutions : le remorquage grâce à un avion ou un ULM, le tractage par un treuil situé en bout de piste, ou pour quelques planeurs, un petit moteur thermique ou électrique utilisé uniquement pour le décollage et pour éviter de se poser dans un champ. Une fois le câble largué ou le moteur éteint, nous pouvons débuter à chercher nos premières ascendances afin de gagner de l'altitude. Les ascendances sont créées par les mouvements convectifs de l'atmosphère à basse altitude. Celles-ci, lors de belles météos, sont matérialisées par des nuages de type cumulus et fournissent des vitesses ascensionnelles comprises entre 0m/s et 8m/s qui peuvent être exploitées en spiralant avec le planeur en leur centre. En d'autres termes nous décrivons des trajectoires circulaires pour rester dans la masse d'air. »

La préparation et le début du vol

« Le vol se prévoit tout d'abord la veille avec une carte où nous sommes amenés à tracer le circuit que nous voulons réaliser le lendemain en fonction des conditions météorologiques prévues. Lors de journées parfaites avec les pilotes les plus expérimentés et une machine faites pour la performance, il n'est pas rare que ceux-ci réalisent des circuits de plus de 700Km. Le lendemain matin, nous ouvrons les hangars et préparons les planeurs en équipant leurs batteries, le parachute et en les alignant sur la piste en service. Une fois cette étape terminée, nous assistons au briefing où nous faisons un point sur la météo, les zones militaires actives, les spécificités ponctuelles de certains aérodromes... Le briefing est capital pour ajuster notre vol sur la carte et pour rappeler les règles de sécurité au sol, en remorquage et en vol ! Lorsque les conditions météorologiques sont établies nous décollons et prenons notre première ascendance pour débuter le circuit. Le dessein est maintenant de réaliser ce que nous avons prévu sur la carte et pour cela nous devons voler vite, loin et avoir un pilotage le plus précis possible de sorte à ne pas dissiper l'énergie emmagasinée par le planeur. »

Un point sur les phases de vol et la stratégie

« Nous devons voler vite en cheminant sous les nuages de sorte à réaliser de longs vols planés grâce aux masses d'air ascendantes que nous traversons. Une fois que l'altitude que nous avons est faible, nous ralentissons et spiralons à nouveau sous un cumulus. Dans la pratique nous pouvons être amenés à être au sein d'une masse descendante durant une durée prolongée ce qui peut amener un réajustement du vol et parfois même l'arrêt du circuit en se posant dans un champ. »

La fin du vol

« Vers la fin de journée, une fois le circuit terminé et que nous sommes en local de l'aérodrome d'arrivée, même si la fatigue se fait sentir nous devons être totalement opérationnels pour l'atterrissage car beaucoup d'autres planeurs vont se poser dans un laps de temps réduit. Après l'atterrissage nous ramenons le planeur qui est tracté par une voiture de piste jusqu' aux hangars où celui-ci est lavé, déséquipé du parachute et de ses batteries, et houssé pour le lendemain.

Le vol en planeur est un sport pour les adeptes de la performance mais aussi pour ceux qui recherchent le calme et les balades en vol avec un appareil qui nécessite une grande rigueur de pilotage et de toujours mener ses actions avec un maximum de sécurité. J'espère à travers mon expérience vous avoir donné envie de pratiquer cette activité ou de venir sur un terrain pour en découvrir plus.»